(Français) Une soutenance de thèse sous le signe de la prévention en matière de jeux d’argent et de hasard

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Aurélie Mouneyrac soutiendra sa thèse en psychologie le 24 mai prochain à Toulouse. Thème de son travail : l’effet des messages de prévention dans le domaine des jeux de hasard et d’argent. Nul doute que les résultats de cette recherche, dont l’une des expérimentations fut lauréate du GIS Jeu et Sociétés en 2016, intéresseront les acteurs du jeu et ceux de la prévention. Présentation.

Prévention ou promotion ?

Les messages utilisés par les opérateurs de jeu de hasard et d’argent sont-ils adaptés à la prévention du jeu excessif ? C’est la question à laquelle s’est attelée Aurélie Mouneyrac dans son travail de thèse. Thèse dont le but avoué est d’apporter une contribution féconde et pertinente à l’amélioration des stratégies de communication préventive des opérateurs de jeux et des gouvernements. Notons que cette recherche, élaborée dans le cadre de l’UFR de Psychologie de l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, a été encadrée par les Professeures Valérie Le Floch et Céline Lemercier et que l’une de ses expériences a remporté l’appel à projets du GIS en 2016. 

Un projet d’étude lauréat de l’appel à projets du GIS

En effet, fin 2015, les trois chercheuses avaient déposé une candidature au GIS dans lequel elles défendaient leur projet d’évaluation des messages promouvant le Jeu Responsable (p. ex. « Jouez responsable »). Selon elles, le contenu sémantique de ces messages était ambigu et pouvait conduire l’individu à croire qu’il s’agissait de messages de promotion du jeu, et non de prévention. Parmi les quatre protocoles d’expérimentations mis en place, l’un visait à mesurer les effets des messages sur les joueurs en situation de jeu réelle. Or c’est justement ce projet qui a été retenu par le conseil scientifique du GIS en 2016. La dotation a permis de financer les lots de l’expérience et donc de donner une valeur significative aux gains en jeu dans le dispositif. Au final les quatre expériences ont mobilisé pas moins de 1438 participants et ont servi à étayer le travail de thèse d’Aurélie Mouneyrac.

Télécharger la présentation complète de la soutenance de thèse

Consulter l’interview d’Aurélie Mouneyrac